Voici le 2e article qui révèle comment j’enregistre mes chansons. Après vous avoir montré un drum-machine des années 80s, on reste dans cette décénie incroyablement technologique avec le Casio SK-1!

D’abord un peu de Gear Porn:

Le Casio SK-1 a été mis sur le marché en 1985. Mais qu’est-ce que ça peut bien faire ce truc? DE LA MAGIE!

D’abord, il y a des sons pré-enregistrés.  Ça c’est bien. J’ai d’ailleurs beaucoup utilisé le piano, qu’on entend très clairement au début de mes chansons Dorchester (Sun Grass Room Street) et No Wrong (Cinnamon EP). J’ai aussi utilisé le son nommé “Human Voice” dans Festival (Sun Grass Room Street). Et pour ceux qui s’y connaissent: il y a même des options de portamento et de vibrato.

Ensuite, il y a des beats. Je ne les ai pas utilisé personnellement dans mes pièces. Sauf que plein de monde l’ont fait.

Chad VaanGalen dans TMNT Mask.

Le band Holy Fuck un peu partout comme au début de PIGS. Pas vraiment surprenant de leur part considérant leur setup rempli de vieux casios.

La jeune chanteuse Jade dans la chanson Rêve de papier… (oups c’est moi qui a réalisé cet album là!)

Mais ce qui est MALADE, c’est la fonction Sampling. Vous n’avez pas vécu tant que vous n’avez pas expérimenté une soirée avec des bières (ou whatever), et un Casio SK-1!

L’idée, c’est que ce petit clavier à l’apparence d’un jouet vous permet d’enregistrer avec un bouton n’importe quel son dans le petit micro intégré, et ensuite il se “mappe” automatiquement sur toutes les notes du clavier. INTENSE! Vous pouvez dire n’importe quelle niaiserie et le Casio ne censure même pas!

Exemple audio:

 

J’ai utilisé cette technique pour le son de clavier qui débute la chanson Lost In Heaven (Sun Grass Room Street). Eh oui!

Finalement, parce que je suis geek, regardez ce vidéo (classique) de Portishead live à NYC, où on y décèle l’objet sur le dessus des claviers.

Et je vous laisse sur la publicité de 1985 du Casio-SK1. Notez la virtuosité du gars.

Voici le premier article d’une série où je partagerai les trucs que j’emploie afin de bâtir l’enregistrement de mes chansons.

Je vous présente tout d’abord, la bête, le coeur squelletique de plusieurs de mes chansons: le drum machine Roland TR-707.

Bon… contrairement aux drum machines plus connus comme le TR-808 et le TR-909, le TR-707 n’a a peu près pas d’options pour modifier les sons. Tous les boutons ne servent presque qu’à séquencer les rhythmes. Honnêtement je ne me sers même pas de l’interface et je contrôle la boîte par MIDI avec un autre clavier. Une piste MIDI sur mon logiciel d’enregistrement contrôle ensuite le TR-707.

Assez de blabla technique, pourquoi est-ce que j’utilises ça? En fait, dans la plupart de mes chansons telles que Cinnamon, For The First Time, Jet Song, When You’re Ready, je n’utilises que le bassdrum et le snare. Je garde la chose la plus minimaliste possible.

Voici un court enregistrement plutôt bâtard que j’ai fait avec mon TR-707:

 

J’aime vraiment le son du bassdrum qui sonne comme un ballon de basket et le snare ultra-punché. Je pourrais faire du house facile avec ça si je voulais…

La première fois que j’ai entendu ce son et que je savais que c’était un TR-707, c’est dans l’album The Looks de MSTRKRFT  (J’aime bien ce CD j’ai le goût de le réécouter). C’est le son de base utilisé sur presque tout l’album; on l’entend très bien dans la chanson Bodywork.

Sinon, voici un vidéo d’un gars qui connaît la machine pas mal plus que moi.

Et finalement, si vous êtes tenté d’acheter un TR-707 sur Ebay, faites attention car des gens sont portés à le modifier. C’est correct en soi, sauf que la première fois que j’en ai acheté un le gars connaissait vraiment pas ça, ne l’a pas indiqué et certains sons étaient bousillés. J’ai dû le retourner et en magasiner un deuxième