Comment c’est fait: Moog Little Phatty

25/06/2011

Cette fois-ci, ma chronique “Comment c’est fait” qui vous montre ce que j’utilises pour jouer et enregistrer mes chansons prend une allure à plus gros budget.

HERE COMES THE MOOG LITTLE PHATTY.

Closeup.

Description pour les geeks:

2 oscillateurs (+noise) VCO , un filtre 24dB qui fait que ça sonne FAT, enveloppes de volume et de filtre ASDF pas mal standard, et un LFO (modulateur).

Description pour les non-initiés:

WIIIZZZZ WIIIZ WOOB WOOB PTTIOOOUUUUU ZZIIIAAOWW

Bref, c’est un synthétiseur analogique (le signal est électrique, et non digital) qui peut faire une note à la fois. Les claviers Moog en particulier on toujours été réputés pour avoir un son très crémeux et gras.

Ce qui fait que dans le contexte de mon éclatante et achevée carrière musicale, mon Moog Little Phatty sert beaucoup pour le son de bass. Mais pas seulement ça non plus, car je lui dois aussi tout plein de trucs inimaginables, dont le fameux son de lead dans Ghost. Récemment j’ai enregistré une chanson où il joue le rôle de bruits d’oiseaux et de corneilles… vous entendrez ça un jour.

Next up, moi gossant avec le dit objet. (Notez que je n’entendais aucunement ce que je faisais, va falloir que j’améliore mon setup de vidéo)

Je pourrais profiter de cette colonne pour parler de l’éternel débat de l’émulation par ordinateur VS la vraie patente, qui fait rage partout dans le monde des studios de musique, mais aussi dans le monde des synthétiseurs. Mon avis, très personnel, c’est que l’avantage d’avoir le vrai objet est que ça ne prend même pas 10 secondes à démarrer, et je fais déjà pleins de bruits avec, tandis qu’un plug-in sur ordinateur c’est autre chose. Tweaker des sons avec une souris ça me fait pas tripper, et sinon il faut charger un logiciel, se battre avec des fils MIDIs, et mapper notre clavier MIDI aux contrôles. Après quelques essais, j’en avais déjà marre.

Sinon, pour le son lui-même, eh bien de nos jours je pense que la qualité du son est indifférenciable entre analogique et numérique grace aux algorithmes modernes. Et si différence il y a, ce n’est pas vraiment quelque chose qui fait que ça soit pire, mais seulement différent.

Pour conclure, à cause du son vraiment très chaud du Moog Little Phatty et de sa facilité et plaisir d’utilisation inégalés, je n’aurais pas de problème à me départir de tous mes autres claviers pour ne garder que celui-là. Pour vrai là. C’est pourquoi c’est celui que je traîne avec moi dans mes shows.

C’est mon ami, le petit gros.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: