Voici la 2e partie de mon cadeau de Noël dernier à mes parents: une reprise de One Of These Days. Pas la chanson de Pink Floyd. Ni celle de Neil Young. Encore moins Michelle Branch ou Wu-Tang Clan.

Non, c’est encore Paul McCartney et c’est la dernière chanson du même album que l’autre reprise que j’avais faite: McCartney II. En fait, j’ai repris les deux dernières pièces de cet album méconnu.

Voici donc l’originale.

Et voici ma reprise de One Of These Days. Cette fois ci c’est un peu plus straight.

Bonne écoute!

Archives

25/03/2011

Bon, normalement à cette heure-ci j’aurais dû être en train de commencer la première représentation de notre projet commun avec Anne-Christine Guy, coanimatrice de That’s All Folk, pour la nuit de la création 2011 au Musée des Beaux Arts de Québec.

Mais ce n’est pas ça que je fais.  Il y a eu des problèmes de communication et d’organisation ce qui fait qu’on est OUT.

Ne sachant pas trop quoi faire, j’ai décidé d’ouvrir mon vieil ordinateur 800 MHz sur lequel j’ai réalisé des albums faits avec des échantillonages, ainsi que Mute City et Swamp Circus.

Un ami (Ced) m’a rappelé en fin de semaine combien il aimait Mute City. J’ai donc décidé de tout transférer le projet sur mon ordinateur et de retrouver tous les fichiers qui composaient la musique.

C’était vraiment le bordel. En plus le mix était tellement mauvais… ça a été mixé sur une paire d’écouteurs boboches avec une carte audio on-board de PC.

Alors j’entreprends de remixer Mute City. Tranquillement, pas de date, rien. Pour les “fans ” de la première heure. Old School Style.

En plus, j”ai redécouvert un vieux démo (pénible) datant de 2002 avec des idées de Mute City et de Swamp Circus combinés, que je vais probablement poster lorsque ce sera terminé.

Bonne nuit de la création!

C’est très drôle de faire de la radio chez nous.

Le résultat en podcast sur le site de CHYZ 94.3FM. (Podcast du 21 mars 2011)

CHYZ dans mon salon.

Un micro collé avec du Duct Tape. DIY 4real.

Photo hipsterisée.

De la bouffe pour durant les chansons.

Concentration.

C’est comme ça que sa passe animer de la radio. Vraiment.

Merci à Jean-Philippe Gagnon pour les photos!

The Strokes

19/03/2011

Cette semaine j’ai écouté le dernier album du groupe The Strokes. Il s’appelle Angles, et vous pouvez l’écouter en streaming sur leur site web.

Mes premières impressions: c’est correct, mais ils s’essayent à des styles qui ne leur conviennent pas vraiment. Il y a bien le single Under Cover Of Darkness qui fait très The Strokes, mais sinon ça tire un peu partout, et ça rate un peu trop souvent. Je penses que le problème est qu’on voudrait bien que le band évolue et change, mais dans le cadre de leur paradigme qu’ils ont posés à leurs début, et non de façon un peu hasardeuse comme c’est le cas. Mais bon, ce n’est qu’une première impression, je peux encore changer d’idée.

Ça me faisait justement réfléchir aux débuts de The Strokes. L’album Is This It, qui reste excellent, est paru le 11 septembre 2001. Je me rappelle la première fois que j’ai entendu parler d’eux, c’était en voyant le vidéo de Hard To Explain. Cette chanson fut longtemps resté marquée dans ma mémoire, non seulement pour sa mélodie incroyable qui se dévoile sur tellement longtemps que la chanson ne fait que la répéter deux fois et c’est fini. En plus, c’était probablement la première chanson lo-fi de l’ère moderne que j’ai écouté. Ça m’avait complètement troublé qu’un son de drum aussi weird et décidément pas clean ainsi qu’une voix distortionnée pouvait mettre autant en valeur la chanson.

Mais au-delà de ça, cette chanson était aussi la trame sonore de changements à cause du 11 septembre 2001. J’étais au CÉGEP dans ce temps là alors pour moi, cet événement marque le début de l’âge adulte. Pour la société, c’était le début d’une paranoia collective, d’une tangente vers le politically correct exagéré, d’un doute général sur ce qu’on croyait bien ou mal, avec un biais prononcé vers le mal. Et pour ma génération, c’est le début d’un cynisme envers notre société capitaliste avec son symbole qui s’écroule.

On s’est aperçu en même temps que le reste des Nords-Américains qu’il existait d’autres peuples et d’autres façons de faire. Pendant que des journaux déclaraient des stupidités (“Nous sommes tous Américains”), nous, cyniques, ces représailles là on trouvait ça normal et probablement mérité. On récolte ce que l’on sème.

Bref, je ne veux pas repartir un débat ou quoi que ce soit, mais je suis simplement nostalgique. Car c’est tout ça que je vois quand je penses à cette chanson, Hard To Explain. Mais pas vraiment besoin de penser à ça non plus pour apprécier au niveau le plus simple, parce que la toune est vraiment bonne.

Voici le premier article d’une série où je partagerai les trucs que j’emploie afin de bâtir l’enregistrement de mes chansons.

Je vous présente tout d’abord, la bête, le coeur squelletique de plusieurs de mes chansons: le drum machine Roland TR-707.

Bon… contrairement aux drum machines plus connus comme le TR-808 et le TR-909, le TR-707 n’a a peu près pas d’options pour modifier les sons. Tous les boutons ne servent presque qu’à séquencer les rhythmes. Honnêtement je ne me sers même pas de l’interface et je contrôle la boîte par MIDI avec un autre clavier. Une piste MIDI sur mon logiciel d’enregistrement contrôle ensuite le TR-707.

Assez de blabla technique, pourquoi est-ce que j’utilises ça? En fait, dans la plupart de mes chansons telles que Cinnamon, For The First Time, Jet Song, When You’re Ready, je n’utilises que le bassdrum et le snare. Je garde la chose la plus minimaliste possible.

Voici un court enregistrement plutôt bâtard que j’ai fait avec mon TR-707:

 

J’aime vraiment le son du bassdrum qui sonne comme un ballon de basket et le snare ultra-punché. Je pourrais faire du house facile avec ça si je voulais…

La première fois que j’ai entendu ce son et que je savais que c’était un TR-707, c’est dans l’album The Looks de MSTRKRFT  (J’aime bien ce CD j’ai le goût de le réécouter). C’est le son de base utilisé sur presque tout l’album; on l’entend très bien dans la chanson Bodywork.

Sinon, voici un vidéo d’un gars qui connaît la machine pas mal plus que moi.

Et finalement, si vous êtes tenté d’acheter un TR-707 sur Ebay, faites attention car des gens sont portés à le modifier. C’est correct en soi, sauf que la première fois que j’en ai acheté un le gars connaissait vraiment pas ça, ne l’a pas indiqué et certains sons étaient bousillés. J’ai dû le retourner et en magasiner un deuxième

Tadoussac Blanc

10/03/2011

Aujourd’hui j’ai enregistré 4 chansons, et une dont je suis vraiment content s’appelle Tadoussac Blanc. Je suis très fatigué maintenant mais voici des photos de l’inspiration.

Cover: Darkroom

08/03/2011

Voici la première partie d’un cadeau que j’ai fait pour mes parents à Noël dernier.

Darkroom, originalement par Paul McCartney, sur son album méconnu (détesté): McCartney II.